menu close menu

Les styles internes et externes

Les styles internes (Nei Jia)

 

Les styles internes mettent l’accent sur la maîtrise des éléments internes dans la pratique, notamment le qi prononcé « tchi ».
Ce groupe est nommé Nei Jia et se caractérise par des mouvements lents, ronds et doux. Il préconise la défaite de l’adversaire à l’instant même où il attaque, en utilisant son énergie pour la réduire à néant.
Ces styles mettent l’accent sur 3 points clefs :

– Le calme et la concentration dans le travail.
– La décontraction : relâchement total du corps.
– Le travail du corps dans une direction complètement différente de celle qu’on entend dans la vie quotidienne.

Nous n’aborderons que les 4 styles internes principaux car ils constituent la base des autres :

1 – TAIJI QUAN  (Poing du fait ultime)
Le Taï Ji Quan, Taï = Le Suprême, Ji = Le fait, Quan = Le poing, traduit généralement « Boxe du Faîte suprême », à la fois pratique de santé, méditation en mouvement, travail sur l’énergie interne et art martial, est le principal style interne du Wushu. Sa création est attribuée à un ermite taoïste du 13ème siècle: Tchang San-Fong. Cet ermite vécut au mont Wou Tang ( connu de longue date comme le haut lieu du taoïsme ).
Tchang aurait d’abord pratiqué la boxe de Shaolin avant d’en développer une forme plus souple, fondée sur les principes taoïstes du « contrôle du souffle ». Selon une autre version, le Taiji fut créé au 17ème siècle ( au début de la dynastie des Ch’ing ), par le maître Tch’en Wang-T’ing.
Pendant longtemps, ce Taiji fut réservé aux seuls membres de sa famille qui formaient alors une milice protectrice de leur village. Autrefois , c’était un art martial à part entière. Aujourd’hui, il s’agit surtout d’une gymnastique énergétique.
Le Taiji, diminutif de Taiji Quan, se divise en 2 grandes familles. La première, le style Chen, est fondée sur les mouvements en cercles et courbes avec des accélérations et des ralentissements soudain. L’énergie est diffusée au niveau de la hanche. Ceci permet au pratiquant d’accumuler son énergie, de la mobiliser et de l’utiliser à son gré pour se recentrer, se détendre, améliorer sa vitalité, développer sa concentration ou tout simplement vivre plus pleinement son quotidien. La deuxième, le style Yang, est plus lent et monotone et se particularise par la décontraction des postures. Resté plus proche des caractéristiques antiques, le style Chen associe l’énergie à la souplesse, l’accélération au ralentissement, afin de respecter la loi de polarité du Tai Ji qui garantit l’équilibre dynamique. Les mouvements souples et ralentis expriment le Yin, tandis que les mouvements énergétiques et accélérés expriment le Yang.
 
 3 Formes de mains :          TAIJIQUAN SHOUXING

 
 

2 – XINGYI QUAN


Si le Bagua Zhang est l’art du cercle, le Xingyi est celui de la ligne droite. C’est un art de l’énergie favorisant les mouvements directs et le combat rapproché.

Le terme Xingyi Quan signifie « boxe de la forme et de la volonté ». Les premiers maîtres de cet art se sont distingués comme gardes du corps ou convoyeurs de fonds.
Ce fut le cas notamment de Li Neng-Jan, dont le seul nom suffisait à décourager d’éventuels agresseurs. L’un des élèves de Li, le fameux Kouo Yun-Chen, marqua un tournant décisif dans l’évolution de la méthode. Kouo fut ainsi réputé pour la puissance de ses attaques, en particulier un coup de paume qui le fit surnommé Paume Divine ou Paume Démoniaque. Kouo affronta le grand maître du Bagua Zhang, Tong Hai-Tch’ouan et l’on raconte que de ce combat naquit un pacte selon lequel Xingyi Quan et Bagua Zhang seraient désormais enseignés de façon complémentaire.
Les styles externes s’intéressent au développement corporel et à l’efficacité en combat réel.
Ils sont beaucoup plus nombreux que les styles internes et utilisent un véritable arsenal par rapport à ces derniers.
Comme nous l’avons vu précédemment, ils se divisent en boxes d’attitudes, comportements et du nord ou du sud.
Les styles externes mettent l’accent sur le développement physique, la musculation, la force des coups et la rapidité d’exécution.
En fait, cette classification interne externe, dur et doux, est assez simpe, nous allons nous intéresser à 3 styles :
3 – BAGUA ZHANG

Le Bagua Zhang est un style utilisant surtout des déplacements circulaires. Le pratiquant se déplace en suivant un cercle imaginaire sur le sol, en croisant et décroisant les jambes, tout en effectuant des mouvements de bras circulaires selon un rythme fluide et continu.
Le terme de Bagua signifie 8 Trigrammes et il fait directement référence aux figures ( trigrammes ou hexagrammes ) du fameux classique chinois, le Yi-King ou Livre des Mutations.
Le terme Zhang signifie la paume, car dans ce style, la main ouverte est beaucoup plus utilisée que le poing fermé.

4 – QI GONG

C’est l’art qui est au coeur de la culture chinoise. Ses liens sont intimes avec la médecine traditionnelle chinoise et la philosophie, fondements de sa théorie et de son efficacité. Les arts martiaux lui doivent leurs aspects internes, non violents : la culture de l’énergie et la concentration du mental. Technique de longévité, c’est au travers de posture aux mouvements souples et harmonieux alliant la respiration et le travail de l’esprit que le Qi Gong favorise la libre circulation de l’énergie, l’apaisement des émotions et l’équilibre physique. En Chine, c’est un des arts les plus pratiqués. Il est souvent enseigné dans les jardins publics à des groupes et pas seulement à des personnes âgées !
Le Qi Gong, ou gymnastique chinoise de santé est une pratique énergétique utilisée depuis des millénaires par le peuple chinois pour maintenir ou améliorer la santé ou pour développer une plus grande puissance dans les arts martiaux. Ces pratiques, qui se perdent dans la nuit des temps, sont influencées par le taoïsme, le confucianisme, le bouddhisme et les sciences médicales. Il existe des Qi-Gong taoïstes, bouddhistes, confucianistes, médicaux, initiatiques et « martiaux ».
La base est la capacité à respirer par le ventre, afin de « libérer le cœur ». Le point Qi Hai, sous le nombril, est placé sur le premier Tan Dian : « champs du cinabre », le second est au niveau du plexus solaire, le troisième est entre les deux yeux. Le Qi Gong prend également en compte les méridiens d’acupuncture, et tous les concepts annexes : cinq éléments, règle mère-fils, etc… Le pratiquant avancé est capable de diriger son énergie sur les « petites » et « grandes révolutions » ( le souffle suit la colonne vertébrale en montant et descend sur la ligne centrale de la face antérieure du corps ).
 Le but du Qi Gong est de cultiver la santé, l’équilibre, et éventuellement de guérir certaines maladies.
Dans les méthodes martiales, on condense le souffle et on se frappe progressivement avec des matériaux divers pour s’endurcir le corps. Dans ce cas, on prévient les lésions par le Qi Gong « doux », c’est à dire médical, et on les répare par des potions médicales à usage externe. En Chine, il est difficile de distinguer les méthodes tant elles sont nombreuses.
Qi signifie énergie et Gong signifie travail, Qi Gong signifiant donc le travail qui consiste à augmenter ou contrôler la circulation de l’énergie à travers le corps.
Les mouvements du Qi Gong sont effectués sans effort musculaire et sans accélération du cœur et de la respiration. Au contraire, la respiration se ralentit, favorisant la détente et l’éveil de la conscience. Une pratique régulière du Qi Gong permet de développer la connaissance intérieure de son corps et d’avoir une perception plus subtile de son environnement, de retrouver le lien avec la nature et les forces opposées et complémentaires qu’elle met en action comme le Yin et le Yang.
Parmi les multiples bienfaits du Qi Gong, citons :

– La détente, la relaxation
– L’assouplissement des articulations
– La tonification des structures ostéo-articulaires
– La puissance dans l’effort musculaire
– Le développement de la concentration
– L’accroissement de l’énergie vitale

Citons également les autos massages qui constituent un moment important dans la séance de Qi Gong. Ils concernent le visage et les 7 orifices ( bouche, nez, yeux, oreilles ), le cou et le thorax, les reins, le ventre et les membres. Pratiqués en début de séance ou le matin, ils permettent de mettre en route l’énergie et stimulent la circulation des méridiens. En fin de séance, ils permettent à l’énergie accumulée de se répartir de façon harmonieuse.

Le Bagua Zhang est un style utilisant surtout des déplacements circulaires. Le pratiquant se déplace en suivant un cercle imaginaire sur le sol, en croisant et décroisant les jambes, tout en effectuant des mouvements de bras circulaires selon un rythme fluide et continu.
Le terme de Bagua signifie 8 Trigrammes et il fait directement référence aux figures ( trigrammes ou hexagrammes ) du fameux classique chinois, le Yi-King ou Livre des Mutations.
Le terme Zhang signifie la paume, car dans ce style, la main ouverte est beaucoup plus utilisée que le poing fermé.

4 – QI GONG

C’est l’art qui est au coeur de la culture chinoise. Ses liens sont intimes avec la médecine traditionnelle chinoise et la philosophie, fondements de sa théorie et de son efficacité. Les arts martiaux lui doivent leurs aspects internes, non violents : la culture de l’énergie et la concentration du mental. Technique de longévité, c’est au travers de posture aux mouvements souples et harmonieux alliant la respiration et le travail de l’esprit que le Qi Gong favorise la libre circulation de l’énergie, l’apaisement des émotions et l’équilibre physique. En Chine, c’est un des arts les plus pratiqués. Il est souvent enseigné dans les jardins publics à des groupes et pas seulement à des personnes âgées !
Le Qi Gong, ou gymnastique chinoise de santé est une pratique énergétique utilisée depuis des millénaires par le peuple chinois pour maintenir ou améliorer la santé ou pour développer une plus grande puissance dans les arts martiaux. Ces pratiques, qui se perdent dans la nuit des temps, sont influencées par le taoïsme, le confucianisme, le bouddhisme et les sciences médicales. Il existe des Qi-Gong taoïstes, bouddhistes, confucianistes, médicaux, initiatiques et « martiaux ».
La base est la capacité à respirer par le ventre, afin de « libérer le cœur ». Le point Qi Hai, sous le nombril, est placé sur le premier Tan Dian : « champs du cinabre », le second est au niveau du plexus solaire, le troisième est entre les deux yeux. Le Qi Gong prend également en compte les méridiens d’acupuncture, et tous les concepts annexes : cinq éléments, règle mère-fils, etc… Le pratiquant avancé est capable de diriger son énergie sur les « petites » et « grandes révolutions » ( le souffle suit la colonne vertébrale en montant et descend sur la ligne centrale de la face antérieure du corps ).
 Le but du Qi Gong est de cultiver la santé, l’équilibre, et éventuellement de guérir certaines maladies.
Dans les méthodes martiales, on condense le souffle et on se frappe progressivement avec des matériaux divers pour s’endurcir le corps. Dans ce cas, on prévient les lésions par le Qi Gong « doux », c’est à dire médical, et on les répare par des potions médicales à usage externe. En Chine, il est difficile de distinguer les méthodes tant elles sont nombreuses.
Qi signifie énergie et Gong signifie travail, Qi Gong signifiant donc le travail qui consiste à augmenter ou contrôler la circulation de l’énergie à travers le corps.
Les mouvements du Qi Gong sont effectués sans effort musculaire et sans accélération du cœur et de la respiration. Au contraire, la respiration se ralentit, favorisant la détente et l’éveil de la conscience. Une pratique régulière du Qi Gong permet de développer la connaissance intérieure de son corps et d’avoir une perception plus subtile de son environnement, de retrouver le lien avec la nature et les forces opposées et complémentaires qu’elle met en action comme le Yin et le Yang.
Parmi les multiples bienfaits du Qi Gong, citons :

– La détente, la relaxation
– L’assouplissement des articulations
– La tonification des structures ostéo-articulaires
– La puissance dans l’effort musculaire
– Le développement de la concentration
– L’accroissement de l’énergie vitale

Citons également les autos massages qui constituent un moment important dans la séance de Qi Gong. Ils concernent le visage et les 7 orifices ( bouche, nez, yeux, oreilles ), le cou et le thorax, les reins, le ventre et les membres. Pratiqués en début de séance ou le matin, ils permettent de mettre en route l’énergie et stimulent la circulation des méridiens. En fin de séance, ils permettent à l’énergie accumulée de se répartir de façon harmonieuse.

 

Les styles externes (Wai jia)
 
1 – GRUE BLANCHE – BAI HE QUAN
C’est un style dit « Doux-Dur » utilisé en courte et moyenne distances. Il fait partie des cinq styles autrefois pratiqués ( 527-536 après J.C. ) au temple de Shaolin. Il se caractérise par des postures courtes, basses et des mouvements des membres supérieurs imitant les ailes de l’oiseau.
Les attaques se font avec le poing nommé « oeil de Phénix » ( poing à une phalange ). La grue est, à l’inverse du tigre ou de l’ours, un animal faible, elle utilisera alors la ruse, la puissance rebondissante ( mouvement de fouet ) et les attaques aux points vitaux pour pouvoir se défendre.
Le style possède l’étude des positions fondamentales ( Ji Ben Bu Fa ), l’étude des défense courtes avec ou sans couteau ( Fang Shen Fa ), l’étude des techniques de luxations ( Qin Na ), des projections, le maniement des armes ( bâtons, bâtons courts, tridents, etc …) et l’étude énergétique ( Qi Gong ) : suite de mouvements permettant le renforcement des tendons/muscles.
Ce style aurait été créé par une femme: Fang Chi Niang. Selon la légende, Fang avait été initiée à la boxe de Shaolin par son père, Fang Huei Shi, ancien moine de Shaolin, ayant dû s’échapper du monastère de Shaolin du Fukien. Un jour, alors qu’elle étendait son linge propre, une grue vint se poser et piétiner le linge. Fang, à l’aide de son bâton, tenta de chasser l’oiseau mais en vain. Celui-ci évitait aisément les coups de bâton tout en contre-attaquant du bec et des griffes. Intriguée, Fang se mit à étudier le comportement de l’animal. Progresssivement, elle en tira de nouveaux principes qu’elle intégra à la boxe de shaolin, au point de créer un nouveau style. Cette légende se rapproche de celle concernant l’élaboration d’un autre style de boxe chinoise: le Wing Tsun.
2 – LA BOXE DE LA MANTE RELIGIEUSE –TANG LANG QUAN

La mante religieuse, insecte à la vitesse et à la force foudroyante, qui attaque avec ses pattes de devant et ses pinces coupantes comme des ciseaux, est mis en valeur dans le système Tang-Lang.
Ce style de Kung-fu principalement externe, bien qu’il y ait des divergences internes dans le Liu he tang-lang quan (6 harmonies), est représentatif des arts martiaux et de la philosophie chinoises, c’est à dire de l’observation et l’analyse des animaux et de la nature, de leurs attitudes au combat pour les adapter à l’homme.

3 – LES ANIMAUX –
LE TIGRE : HU en CHINOISLa boxe du tigre aime à combiner les saisies et les coups de paumes. Les saisies permettent de placer l’adversaire dans une position vulnérable. Cet animal représente la force et la puissance.
L’AIGLE : YING en CHINOIS
Boxe connue depuis le 17e siècle grâce à un expert connu sous le nom de Li Quan, un moine maîtrisant le Fanzi Quan, la boxe de l’aigle est réputée pour ces quinna. Les serres de l’aigle agrippent le bras de leur adversaire et aussitôt frappent. La hanche joue un rôle primordial dans la puissance et la vitesse des coups.
LE DRAGON : LONG en CHINOISAnimal mythique, la boxe du dragon se caractérise par l’action des hanches et de la colonne vertébrale ainsi que la combinaison de techniques de saisies et de frappes avec les griffes du dragon. Animal qui symbolise la force, la suprématie, le feu…
LE SINGE : HOU en CHINOISLa boxe du singe tend à imiter les mimiques du singe par des grimaces et des positions très basses. La vitesse d’exécution des frappes est très rapide et très courte. Des notions d’acrobaties sont indispensables comme dans beaucoup de boxes Shaolin (boxe des culbutes, boxe de l’homme ivre…).
LA GRUE : HE en CHINOISLa boxe de la grue utilise la colonne vertébrale comme moteur du mouvement, les techniques de pieds sont peu nombreuses, les frappes se font avec les mains qui imitent le bec de la grue.
LE SERPENT : SHE en CHINOISLa main imite la tête du serpent dressé et prêt à mordre. Le serpent représente la fluidité et la rapidité. Les frappes sont directes avec le bout des doigts et se font dans les points vitaux.
LE LÉOPARD : PAO en CHINOISAnimal de la famille des félins, il représente la puissance et l’agilité. Les doigts serrés représentent les pattes du léopard, les frappes se font surtout de façon circulaire.
LA MANTE RELIGIEUSE : TANG LANG en CHINOISLes pratiquants du Tang Lang Quan saisissent le bras de l’adversaire et enchaînent des techniques afin de déborder ce dernier. Les techniques s’alternent de haut en bas, sous tous les angles.
 
 
 
Les 2  styles contemporains majeurs
 
CHANGQUAN  (Long  Poing du Nord)

Le Nom de style ChangQuan est un terme générique qui regroupe les techniques de 5 styles majeurs : Le Hong Quan ( boxe rouge ),Le PaoQuan ( boxe canon ),le HuaQuan ( Boxe de la jolie fleur ),le ChaQuan (Boxe de la famille Cha) et le ShaolinQuan (Boxe du monastère de la petit forêt ).Les techniques sont caractérisées par des positions très basses et des sauts très fréquents.

Les 4 armes : Pied (Tui), Poing (Da), Projection (Shuai), Saisie (Na)

3 Formes de mains :                                        CHANGQUAN SHOUXING

QUAN : Poing

ZHANG : Paume

GOU : Crochet

Les 5 pas de Base                                          BUXING :

-Gong bu : Pas de l’arc 70% (jambe avant) 30% (jambe arrière)

-Ma bu : Pas du cavalier 50% du poids de corps

-Xu bu : Pas vide 10% (jambe avant) 90% (jambe arrière)

-Xie Bu : Pas croisé 80% (jambe avant) 20% (jambe arrière)

-Pu bu : Pas rasant 20% (jambe avant) 80% (jambe arrière)

9 Postures complémentaires            BU CHONG DE BUFA CHANGQUAN

-Ban ma Bu : 1/2 cavalier

-Bing Bu : Pas joint

-Chabu : Pas d’insertion arrière

-Dingbu : Pas pointé

-Ding zi bu : Pas en T

Heng dang bu : Pas latéral

-Hou dian bu : Pas pointé en arrière

-Qian dian bu : Pas pointé en avant

-Zuopan : pas assis

 

9 déplacements de base                                      JIBEN BUFA :

-Shang Bu (Déplacement en avançant)

-Tui bu (Déplacement en reculant)

-Da bu (Déplacement du pas trépignant)

-Ji bu (Déplacement en pas d’attaque)

-Cha bu (Déplacement en pas d’insertion arrière)

-Gai bu (Déplacement en pas d’insertion avant)

-Zhong bu (Déplacement sauté)

-Hu chin bu (Déplacement en cercle)

-Ta yue bu (Déplacement en saut enjambé)

19 techniques de jambes                                CHANGQUAN TUIFA

1er groupe : Jambes tendues :(Zhi bai xing tuifa)

-Zheng ti tui : Coup de pied de face

-Xié ti tui : Coup de pied de face croisé

-Dao ti tui : Coup de pied arrière en pointe (variante)

-Ce ti tui : Coup de jambe costal

-Wai bai tui : Coup de pied croissant de l’extérieur

-Li he tui : Coup de pied croissant intérieur

-Hou liao tui : Coup de jambe arrière en talon

-Hou tiao tui : Coup de jambe arrière avec le plat du pied (variante)

2e groupe : Jambes pliées tendues (Zhen qu xing tuifa )

-Tan ti : Coup de pied direct

-Deng ti : Coup de pied direct en talon

-Dian tui : Coup de pied direct pointé

-Ce chuai tui : Coup de pied latéral

-Ce chan tui : Coup de pied latéral en dégagement

-Ce tan tui : Coup de pied en talon latéral

-Chan tui : Coup de pied en tranchant

-Ce deng tui : Coup de pied costal en talon

-Gou gua tui : crochetage du pied

3e  groupe : Jambes avec impact (Ji xiang xing tuifa)

-Dan bai jiao : de face claqué

-Xié bai jiao : croisé

-Li he pai jiao : intérieur

-Wai bai jiao : extérieur

4e groupe : Balayages (Sao xuan xing tuifa)

-Qian sao tui : Balayage avant

-Hou sao Tui : Balayage arrière

Le cycle des 6 techniques de jambes est mis en œuvre dans un exercice appelé TUIFA JIBENDONGZHO

 

 

Les techniques de sauts :                                 CHANGQUAN  TIAO YAO FA

-Elles sont au nombre de 14

-Ce kong Fan : Roue sans les mains 

-Teng kong fei jiao : coup de pied direct sauté en claquant sur le pied

-Xuan feng jiao : Le vent qui tourbillonne

-Teng kong bailian jiao : le Coup de pied du lotus

-Teng kong ce chuai tui : le Coup de pied sauté latéral

-Xuan zi : saut du papillon

-Da yue bu qian chuan : Saut enjambé de face

-La tui : Saut enjambé en rotation

-Shuang teng kong fei jiao : double coup de pied sauté de face

-Teng kong dao ti : Coup de pied sauté arrière en talon

-Teng kong deng ti : Coup de pied sauté direct en talon

-Teng kong jian tan : Coup de pied sauté en ciseau

-Teng kong zheng ti tui  : Coup de pied sauté frontal,jambe tendue vers le front

-Zhuan xi : Saut de 360° en rotation horizontale

Les techniques de bras : DA

-Elles sont au nombre de 11 de base            CHANGQUAN QUANFA (techniques de poing)

-Zhong Quan : Coup de poing direct

-ChaoQuan : Coup de poing en uppercut

-LiaoQuan : Coup de poing ascendant

-PiQuan : Coup de poing en marteau

-ZhaQuan : Coup de poing claqué dans la main

-ZhaiQuan : Coup de poing plongeant

-HengQuan : Coup de poing circulaire en crochet

-GaiQuan : Coup de poing en revers

-BengQuan : Coup de poing fouetté

-JiaQuan : Coup de poing levé

-GuanQuan : Coup de poing circulaire

Les techniques de paumes : ZHANG

-Elles sont au nombre de 14                          CHANGQUAN ZHANGFA (techniques de paume)

-Tui zhang : Directe

-Pi zhang : descendante

-Liaozhang : remontante

-Cha zhang : plongeante

-Pai zhang : claquée au sol

-Chuan zhang : piquée

-An zhang : écrasante

-Tiao zhang : coup de paume relevée

-Kan zhang : coup de sabre de main

-Liang zhang : coup de paume au dessus de la tête

-Wuhuazhang: enveloppée

-Lou shou : blocage extérieur

-Diao shou : blocage type serpent

-Chanshou:Saisie

Les techniques de crochets:GOU

-Elles sont au nombre de 2                          CHANGQUAN GOUFA (techniques de crochets)

-Zheng gou : vers le haut

-Fan gou : vers le bas

Les techniques de Coudes:   CHANGQUAN ZHOUFA (techniques de coude)

-Elles sont au nombre de 7

 

-Ding zhou : Coup de coude vers l’avant

– Ban zhou : Coup de coude en attrapant

-Heng zhou : Coup de coude latéral

-Jiao zhou : Blocage du coude vers le haut

-Tiao zhou : Coup de coude vers le haut

– Xia ding :   Coup de coude vers le bas

-Ya zhou : Coup de coude en pressant

Les Techniques d’équilibres :                                 CHANGQUAN PINGHENG

-Elles sont au nombre de 13

 

1er Groupe : Equilibre pied en appui

Gou tui pingheng:Equilibre crocheté arrière

-Pa tui pingheng:Equilibre de l’aigle, jambe en appui sur la cuisse

2e Groupe : Equilibres genou levé

-Ce ti xi pingheng: Equilibre jambe levée costale

-Ti xi pingheng: Equilibre jambe levée frontale

 

3e groupe : Equilibres jambe levée au dessus de la tête

-Danhai pigheng : Equilibre en plongeant sous la mer

-Wang yue pingheng : Equilibre en contemplant la lune

Yanshi pingheng: Equilibre de l’hirondelle

 

4e Groupe:Equilibres bas

-Houchatui dishi pingheng : Equilibre bas arrière

-Qianjutui dishi pingheng : Equilibre bas frontal

 

5e Groupe : Equilibres des techniques de jambes

-Ce chuaitui pingheng : Equilibre en coup de pied latéral

-Chaotiandeng pingheng : Equilibre haut latéral

-Qian kongtui pingheng : Equilibre haut frontal

-Yangshen pingheng : Equilibre haut, buste basculé

 

 

 

 

 

 

 

 

Les techniques de culbutes :                                       CHANGQUAN DI SHU QUAN FA

-Elles sont au nombre de 8

-Ce kong fan : Roue sans les mains

-Ce qiang bei : Roulade latérale

-Di tan : Saut tampon

-Hou qiang bei : Roulade arrière

-Li yu ta ding : Courbette

-Pan tui dié : Saut plaqué au sol

-Qiang bei : Roulade avant

-Wu long jiao zhu : Relevé en ciseau

 

 

Les techniques de projection :    SHUAI

Elles sont au nombre de 36

 

Les techniques de saisies :             NA

Elles sont au nombre de 72

 

Les 8 harmonisations :

MAINS/YEUX

CORPS/POSITION

ESPRIT/SOUFFLE

FORCE/METHODE

LES MAINS (SHOU) ET LES YEUX (YAN)

Les mains doivent être rapides et véloces, comme le dit le proverbe « le poing surgit comme une étoile filante, la paume fend l’air comme le sabre,la main en crochet saisit à la vitesse de l’ éclair »

LE CORPS (SHEN) ET LES POSITIONS (BU)

 

L’ESPRIT (SHEN) ET LE SOUFFLE (QI)

 

LA FORCE (JING) ET LE TRAVAIL (GONG), LA METHODE (FA)

 

LES EXERCICES FONDAMENTAUX DU LONG POING DU NORD (JIBENGONG CHANG QUAN)

 

1er Groupe de règles : LES POSITIONS DU CORPS : SHENFA

2e Groupe de règles : LA METHODE D’EXECUTION : FANG FA ZHI  XING

3e Groupe de règles : LES MOUVEMENTS DU CORPS : JIBENDONGZHO

4e Groupe de règles : LE DEPLOIEMENT DE LA FORCE : FALI

5e Groupe de règles : L’ETAT D’ESPRIT (JING SHEN)

6e Groupe de règles:LE RYTHME (JIE ZUO)  

 

 

 

 

 

 

LES 12 ATTITUDES

 

  1. BOUGER COMME DES VAGUES PUISSANTES
  2. AVOIR LA STABILITE ET LA QUIETUDE DES HAUTES MONTAGNES
  3. ETRE AGILE ET SAUTER COMME UN SINGE
  4. SE POSER DELICATEMENT COMME UN OISEAU SUR UNE BRANCHE
  5. SE DRESSER MAJESTUEUSEMENT COMME LE PIN
  6. AVOIR L’EQUILIBRE ET LA STABLITE DU COQ SUR UNE PATTE
  7. TOURNER COMME LA ROUE D’UN CHAR
  8. AVOIR LA SOUPLESSE ET LE DYNAMISME D’UN ARC BANDE
  9. ETRE LEGER COMME LES FEUILLES QUI TOMBENT DE L’ARBRE
  10. LA PUISSANCE DU FORGERON QUI FRAPPE SUR SON ENCLUME
  11. PLANER COMME UN AIGLE DANS LE CIEL
  12. RAPIDE ET FULGURANT COMME UN ECLAIR DANS LE CIEL

 

Plusieurs niveaux sont recensés :

 

 

DEBUTANT : CHU JI

AVANCE : ZHONGJI

CONFIRME : GAOJI

 

 

NAN QUAN  (Poing du sud)

 

GOU: Crochet.

QUAN : Poing.

ZHANG : Paume

LES 6  STRATEGIES DE COMBAT              SANSHOU TAIJIQUAN

 

  • Da Fa : Techniques de frappes .Elles se déclinent en :

-Gou Fa : techniques de main en crochet

-Jiao Fa : Techniques de jambes

-Kao Fa : Techniques d’épaules

-Qiao Fa : Techniques de bras

-Quan Fa : Techniques de poings

-Zhang Fa : Techniques de paumes

-Zhou fa : Techniques de coudes

  • Fan gu Fa : Techniques de luxation
  • Hua Fa : Techniques d’esquive
  • Na Fa : Techniques de pincement
  • Qin Fa : Techniques de saisie
  • Shuai Fa : Techniques de projection

 

LES 6 POSITIONS DE BASE                         TAIJIQUAN BUXING

 

  • Du li Bu : Pas suspendu
  • Gong Bu : Pas de l’arc
  • Ma Bu : pas du cavalier
  • Pu Bu : Pas rasant
  • Xié Bu : Pas en ciseau
  • Xu Bu : Pas vide

LES 5 DEPLACEMENTS DE BASE                         TAIJIQUAN BUFA

 

  • ShangBu : Avancer 
  • TuiBu : Reculer 
  • Youcebu : à droite 
  • Zhong Bu ; le pas central 
  • Zuocebu : à gauche 

 

LES 8 PORTES ET LES 5 DIRECTIONS

Les 8 portes et les 5 directions forment ce que l’on appelle les 13 techniques fondamentales du taiji

( Shisan  Shi).

 

LES 4 PORTES DE BASE                    SIZHENG SHOU

 

  • Peng : parer, force émise de l’intérieur vers l’extérieur, vers le haut 
  • Lu : Tirer, force de l’extérieur vers l’intérieur 
  • Ji : presser, force de l’intérieur vers l’avant 
  • An:Appuyer, force vers le bas

LES 4 PORTES SECONDAIRES                SIYU SHOU

 

  • Cai : Cueillir, tirer vers le bas, force spiralée
  • Kao : Frapper de l’épaule, force très courte 
  • Lié : Déchirer, force utilisant une clef
  • Zhou : Frapper du coude, force courte

 LES 5 DIRECTIONS

 

  • Ding : Rester au centre
  • Gu : Se déplacer  vers la gauche, en regardant à gauche
  • Jin : Se déplacer  vers l’avant, avancer
  • Pan : Se déplacer  vers la droite, en regardant à droite
  • Tui : Se déplacer  vers l’arrière, reculer

 

LES 6 TECHNIQUES DE JAMBES FONDAMENTALES                      TAIJIQUAN TUIFA

 

  • Bai lien tui : Coup de pied du lotus (extérieur)
  • Ce chuai tui : Coup de pied latéral
  • Dan pan jiao : Coup de pied claqué de face
  • Deng jiao : Coup de pied en talon
  • Gou gua tui : Coup de pied en crochet
  • Li he tui : Coup de pied intérieur

LES 35 TECHNIQUES FONDAMENTALES DU TAIJIQUAN CONTEMPORAIN

 

  • Bai he lian xi : La grue blanche déploie ses ailes 
  • Bai lan chui : Enrouler, frapper du poing en revers et poursuivre en coup de poing direct 
  • Bao zhang : Saisir le ballon 
  • Dalu : Blocage de l’avant-bras 
  • Xia shi du li: Le serpent qui rampe 
  • Danbian : Simple fouet 
  • Dao nian hong : Repousser le singe 
  • Dengjiao : Coup de pied en talon 
  • Duibu chuanzhang : Avancer et piquer bout des doigts 
  • Du li dahu : Rester sur une jambe et tuer le tigre 
  • Du li tuazhang : Se relever sur une jambe en levant la paume à plat (paume vers le ciel)
  • Fenjiao : Séparer les jambes
  • Gao tan ma : Caresser la crinière du cheval
  • Haidizhen : plonger l’aiguille au fond de la mer
  • He taiji/so shi : Fermeture de la forme
  • Jin bu zaichui : Avancer et frapper du poing vers le sol
  • Jin ji du li : Le coq d’or se relève sur une patte
  • Kaihe shou : Ouverture et fermeture des mains
  • Lan qe wei : Saisir la queue du moineau
  • Lou xi ao bu : Brosser le genou
  • Lujishi : Tirer les mains vers le bas
  • Mabu kao : Position du cavalier et frappe de l’épaule
  • Rufeng sibi : Séparation apparente
  • Shizishou : Croiser les mains
  • Shou hui pipa : Jouer du pipa
  • Shuang feng guan er : Frapper les oreilles du  tigre
  • Taiji Qishi : Ouverture de la forme
  • Tishou : les mains qui vrillent
  • Tuibu kaoshu : Reculer et chevaucher le tigre
  • Waigong sehu : Frapper le tigre
  • Xiéfeishi : Séparer les mains en croisant
  • Yanshou gongchui : Coup de poing direct en pas de l’arc
  • Ye ma fen zong : Séparer la crinière du cheval
  • Yun shou : Les mains dans les nuages
  • Yunu chuan suo : La jeune fille envoie la navette

 

LES 4 PRINCIPES DU TUISHOU

  • Hua : Transformer
  • Lian :Lier.Variante :

-Sui : Suivre

  • Nian :Adhérer.Variante :

-Zhan : Coller

  • Ting : Ecouter

LES ZONES ENERGETIQUES DU PRATIQUANT

 

  • Baihui : Point des cents réunions (au sommet du crâne) 
  • Huiyin : Point de rassemblement des méridiens yin (au niveau du périnée) 
  • Laogong : Point démission et de captation d’énergie (situé au centre de la paume) 
  • Lingtai : Milieu du dos (entre la 6e et la 7e vertèbre thoracique) 
  • Mingmen : Porte de la vie (entre la 2e et la 3e vertèbre lombaire) 
  • Qihai : Mer de l’énergie (5 cm sous l’ombilic) 
  • Tanzhong : Milieu de la poitrine 
  • Yingtang : Le 3e œil, situé entre les sourcils 
  • Yongquan : Point de la source jaillissante (situé au centre du 1er tiers du pied) 
  • Yuzheng : Attache de la 1ere vertèbre cervicale, le coussin de jade

 

LES TECHNIQUES DE RESPIRATION

 

LES 2 RESPIRATIONS PRINCIPALES

 

  • Huxi fushi ni : Respiration dite contraire, inspirer en rentrant le ventre, expirer en gonflant le ventre
  • Huxi fushi shun : Respiration dite normale, inspirer en gonflant le ventre, expirer en rentrant le ventre

 

Les principales formes sont :

 

  • Les 8 Pas : Taiji ba bu  (Niveau Dingzhu)
  • Les 10 Pas : Taiji shi bu
  • Les 16 Pas : Taiji Shi lio bu (Niveau Shaonian)
  • Les 24 Pas : Taiji er shi si bu (Niveau Chu ji)
  • Les 42 Pas : Taiji si shi er bu (forme Zhongji)
  • Les 48 Pas : Taiji si shi ba bu (forme Guiding)/Gaoji

Plusieurs niveaux sont recensés :

 DEBUTANT : CHU JI

AVANCE : ZHONGJI

CONFIRME : GAOJI

Le Nom de style NanQuan est un terme générique qui regroupe les techniques de 25 styles majeurs Les techniques sont caractérisées par des techniques de membres supérieurs très variées, des postures compactes avec de nombreux pas accroupis, des déplacements restreints qui privilégient le circulaire par rapport au linéaire, l’utilisation prédominante des poings sur les pieds, la recherche de puissance dans les coups portés. Les mouvements se succèdent dans un ordre serré et dégagent une énergie concentrée parfois ponctuée d’émissions de sons (Fashen).

5 Formes de mains : NANQUAN SHOUXING

  • GOU: Crochet. Variantes :

-He Zhuishou : Bec de grue

-Hou gou shou : Main du singe

-Tanglang goushou : mante religieuse

  • QUAN : Poing. Variantes :

-Fan yien quan : Poing du phénix

-Quan gou chuen : Poing du chien

-Wa ling Quan : Poing tuile

  • ZHANG : Paume.  Variantes :

-Hou zhang : Paume du singe

-Long tou zhang : Paume tête de dragon

-She xing zhang : Paume du serpent

  • ZHI : Doigts. Variantes :

-Danzhi : Un doigt

-Jing chan zhi : Quatre doigts 

-Sanyin zhi : Trois doigts

-Shuangzhi : Deux doigts

  • ZHUA : Griffe. Variantes :

-He zhua : Griffe de la grue

-Hu zhua : Griffe du tigre

-Long zhua : Griffe du dragon

-Pao zhua : patte de léopard

Ying zhua : Serre de l’aigle

 Les 11 techniques fondamentales de poing et les 24 variantes        NANQUAN QUANFA

 

  • Bian quan : Coup de poing en fouet. Variantes.

-Chang bian quan: Long poing fouetté

-Duan bian quan Coup de poing en fouet court

-Shuang fengquan bian : Double coup de poing en fouet

  • Cha quan : Coup de patte de léopard
  • Chongquan : Coup de poing direct. Variantes.

-Gua zhou ce chong : Coup de poing avec l’avant-bras fléchi ( pouce vers le bas)

-Qu zhou ce chong : Coup de poing direct sur le côté bras fléchi ( pouce vers le haut)

-Qu zhouqian chong : Coup de poing direct bras fléchi

-Zhi pi ce chong : Coup de poing direct sur le côté bras tendu (pouce vers le haut )

-Zhi piqian chong : Coup de poing direct bras tendu

  • Dingquan : Coup de poing vers le sol
  • Gaiquan : Coup de poing en swing avec la racine des doigts
  • Guanquan : Coup de poing circulaire vers le haut
  • Guaquan : Revers du poing. Variantes :

-Changguaquan : Revers de poing long

-Duanguaquan : Revers de poing court

-Shuang fengquan gua : Double revers de poing

-Xiéguaquan : Revers de poing de côté

  • Paoquan : Coup de poing relevé. Variantes :

-Qian paoquan : Coup de poing relevé devant, bras fléchi

-Shang paoquan : Coup de poing relevé bras tendu

  • Piquan : Coup de poing en marteau. Variantes :

-Li xiépiquan : Coup de poing en marteau balayé

-Wai cepiquan : Coup de poing en marteau extérieur

-Xian wai heng sao piquan : Coup de poing en marteau costal vers l’arrière

-Zhi piquan : Coup de poing en marteau devant

  • Saoquan : Coup de poing balayé. Variantes :

-Zhi pi xian li heng saoquan : Coup de poing balayé à plat et à l’intérieur

-Zhi pi xian li xié saoquan : Coup de poing balayé vers le bas et à l’intérieur

-zhi pi xian wai heng saoquan : Coup de poing balayé à plat vers l’extérieur

-Zhi pi xian wai xié saoquan : Coup de poing balayé vers le bas et à l’extérieur

  • Zhuang quan : Coup de poing direct en cognant, bras fléchi. Variantes :

-Chang zhuangquan : Coup de poing direct en cognant à longue portée

-Duan zhuangquan : Coup de poing direct en cognant à courte portée

Les 16 techniques de paume et les 24 variantes :                  NANQUAN ZHANGFA

 

  • Biaozhang : Coup de paume en pique. Variantes :

-Fu zhang qian biao : Coup de paume en pique vers l’avant pouce à plat

-Yang zhang qian biao : Coup de paume en pique vers le haut

-Zhi zhang qian biao : Coup de paume en pique vers l’avant pouce vers le haut

  • Chazhang : Coup de paume en pique
  • Chenzhang : Coup de paume avec retrait du corps
  • Chuan zhang : Coup de paume en piqué. Variantes :

-Zou chuanzhang : Coup de paume en piqué à gauche

-You chuanzhang : Coup de paume en piqué à droite

  • Cuozhang : Coup de paume en frottant
  • Fuzhang : Coup de paume vers l’intérieur
  • Hushenzhang : La paume qui protége le corps. Variantes :

-Hu mianzhang : La paume qui protége le visage

-Hu le zhang : La paume qui protége les côtes

  • Le shou : Saisie en rotation main fermées
  • Mozhang : Paume en balayage continu
  • Pai zhang : Coup de paume claqué au sol. Variantes :

-Fan paizhang : Coup de paume claqué au sol en rotation

-Heng paizhang : Coup de paume claqué au sol sur le côté

-Zheng paizhang : Coup de paume claqué au sol vers l’avant

  • Pizhang : Coup de paume descendant. Variantes :

-Xian li xié pizhang : Coup de paume sabre de main intérieur

-Xian wai heng pizhang : Coup de paume sabre de main, paume à plat vers l’extérieur

-Xian wai xié pizhang : Coup de paume sabre de main vers le bas

-Zhi pizhang : Coup de paume descendant .vers l’avant

  • Qiézhang : Coup de paume inverse
  • Tiao zhang : Coup de paume relevé. Variantes :

-Qu zhou tiaozhang : Relevé de paume bras fléchi

-Zhi pi shang tiaozhang : Relevé de paume bras tendu

  • Tuizhang : Coup de paume direct. Variantes :

-Dié shou tuizhang : Double paume écrasante

-Heng shou tuizhang : Double paume poussée

-Kong zi shuang tuizhang : Paume double tampon

-Shuang tuizhang : Coup de paume direct double

-Tan tuizhang : Coup de paume direct simple

  • Tuozhang : Paume remontante bras fléchi .Variantes :

-Xian qian tuozhang : Paume remontante bras fléchi vers l’avant

-Xian shang tuozhang : Paume remontante bras fléchi vers le haut

-Xian xié fan tuozhang : Paume remontante bras fléchi vers le côté

  • Yunshou : Double paume en rotation

 

Les techniques de griffes :                                                   NANQUAN ZHUAFA

Elles sont au nombre de 7

 

  • Fan pi liao zhua : Griffer vers le haut le bras inverse
  • Heng na zhua : Griffer en saisissant en latéral
  • Hou cha zhua : Griffe arrière plongée
  • Hu shen zhua : Griffe en blocage extérieur au niveau du corps
  • Liao zhua : Griffer en remontant
  • Mien zhua : Griffer le visage de haut en bas
  • Yang zhua : Griffe simple vers le haut

Les techniques de crochets :                                                  NANQUAN GOUFA

Elles sont au nombre de 7

  • Fan pi liao he gou : Bec de grue vers le haut inversé en supination
  • Gou lou shou : Bec de grue en dégagement latéral
  • He ding shou qian ji : Bec de grue avec le sommet du poignet en avant
  • Heng he gou : Bec de grue en latéral
  • Liao he gou : Bec de grue en remontant
  • Qian he gou : Bec de grue vers le bas

 Les 3 techniques de doigts et les 5 variantes :                                   NANQUAN ZIFA

 

  • Yang shou piao zhi : Coup de doigt direct, paume vers le haut
  • Fu shou piao zhi : Coup de doigt direct, paume vers le bas
  • Ce li piao zhi : Coup de doigt direct, paume debout. Variantes :

-Biao zhi : 5 doigts

-Danzhi : 1 doigt

-Jing chan zhi : 4 doigts

-Sanyin zhi : 3 doigts

-Shuangzhi : 2 doigts

Les techniques de coudes                                                                   NANQUAN ZHOUFA

Elles sont aux nombres de 13 techniques et 3 variantes

  • Ban zhou : Coup de coude en attrappant
  • Chen zhou : Double coup de coude balancier en écartant latéralement
  • Dan zhou : Coup de coude vers le haut en utilisant l’avant-bras
  • Ding zhou : Coup de coude en percutant (main en appui sur le poing)
  • Ge zhou : Blocage de l’avant-bras à l’intérieur
  • Guai zhou : Coup de coude en petite rotation interne
  • Heng zhou : Coup de coude en relevant l’avant-bras verticalement à plat
  • Jia zhou : Blocage de l’avant-bras vers le haut
  • Kua zhou : Blocage de l’avant-bras en tirant
  • Tiao zhou : Coup de coude en remontant (avant-bras en flexion vers le bas)
  • Ya zhou : Coup de coude vers le bas
  • Za zhou : Coup de coude en frappant de l’avant-bras à plat vers le sol
  • Zhuang zhou : Coup de coude en heutant du bout de la jointure.Variantes :

-Shang zhuang zhou : vers le haut

-Heng zhuang zhou : Sur le côté

-Hou zhuang  zhou : Vers l’arrière

 Les techniques de bras                                                     NANQUAN QIAOFA

Elles sont aux nombres de 15 techniques et 14 variantes

  • Ban qiao : Blocage bras fléchi en rotation courte. Variantes :

-Li ban qiao : Même chose en rotation intérieure

-Wai ban qiao : Même chose en rotation extérieure

  • Chan qiao : Blocage de l’avant-bras paume serpent. Variantes :

-Li chan qiao : Blocage de l’avant-bras paume serpent vers l’intérieur

-Wai chan qiao : Blocage de l’avant-bras paume serpent vers l’extérieur

  • Chen qiao : Blocage du bras fléchi
  • Chuen qiao : Blocage du bras en levant
  • Da qiao : Frappe du bras vers le bas
  • Gong qiao : Frappe de l’avant –bras vers l’avant. Variantes :

-Dan gong qiao : Même technique simple

-Shuang gong qiao : Même technique double

  • Gun qiao : Frappe avec l’extérieur de l’avant-bras
  • Jian qiao : Blocage des avant-bras en  croix. Variantes :

-Shang jian qiao : Blocage des avant-bras en  croix vers le bas

-Xia jian qiao : Blocage des avant-bras en  croix vers le bas

  • Jia qiao : Blocage vers le haut avec l’avant-bras au dessus de la tête
  • Jié qiao : Blocage de l’avant–bras .Variantes :

-Li jié qiao : intérieur

-Wai jié qiao : extérieur

-Qian jié qiao : Devant et en haut

-Xia jié qiao : Devant et en bas

  • Pi qiao : Frappe du bras en descendant
  • Qié qiao : Blocage avec le bras fléchi vers le bas avec l’avant-bras
  • Quan qiao : Blocage bras tendu en rotation courte. Variantes :

-Li quan qiao : Même chose en rotation intérieure

-Wai quan qiao : Même chose en rotation extérieure

  • Ya qiao : Frappe de l’avant –bras vers le bas
  • Zhou qiao : Frappe du bras tendu vers l’arrière

 

 

Les 9 positions de Base                                          BUXING :

  • Ban ma Bu : 1/2 cavalier
  • Dan jié bu : Pas du  simple papillon
  • Du li bu : Pas suspendu
  • Gong bu : pas de l’arc 70% (jambe avant) 30% (jambe arrière)
  • Gua bu : pas croisé avant
  • Gui bu : Pas accroupi
  • Ma bu : Pas du cavalier 50% du poids de corps
  • Qi long bu : Pas du dragon
  • Xu bu : Pas vide 10% (jambe avant) 90% (jambe arrière)

15 Postures complémentaires            BU CHONG DE BUFA NANQUAN

  • Bing Bu : Pas joint
  • Ding ze gongbu : Pied avant en barrage, pointe de pied en latéral et pied arrière vers l’avant
  • Dingbu : Pas pointé
  • Er zhi mabu : Pieds parallèles, écartements largeur des hanches, genoux à l’intérieur
  • Gao xubu : Pas vide haut
  • Heng chabu : Pas d’insertion arrière
  • Heng dang bu : Pas latéral
  • Hu dang bu : Position du sablier
  • Pien mabu : Pas du cavalier décalé
  • San qi bu : 70% du poids à l’avant et 30% à l’arrière
  • Shuang dié bu : Pas du papillon
  • Shuang gongbu : Double pas de l’arc
  • Si liu bu : 60¨% du poids à l’avant et 40% à l’arrière
  • Yi zi mabu : Pas du cavalier les pieds ouverts
  • Zuo lien bu : Pas assis

 

14 déplacements de base                                      JIBEN BUFA :

  • Beng Bu (Saut les 2 pieds joints)
  • Biao bu (Pas en reculant en raclant le sol)
  • Ce bu (Reculer d’un pas chassé)
  • Cha bu (Déplacement en pas d’insertion arrière)
  • Da bu (Pas trépignant)
  • Gai bu (Déplacement en pas d’insertion avant)
  • Ji bu (Pas en sursaut)
  • Lou bu (Poser le pied pour écraser)
  • Shang bu (Pas avancé)
  • Ti bu (Lever le pied pour éviter une attaque)
  • Tiao bu (Pas en saut)
  • Tui bu (Pas reculé)
  • Yao bu (Pas enjambé pour franchir un obstacle ou saut d’évitement
  • Zong bu (Pas sauté sur une jambe)

 

9 déplacements zoomorphiques                                NANQUAN BUFA

 

  • Qilinbu : Déplacement de la licorne 
  • Zuo mabu : Déplacement du cheval
  • He bu : Déplacement de la grue
  • Qié yue bu : Déplacement en sautillement du moineau
  • Yuan bu : Déplacement du singe
  • She bu : Déplacement du serpent
  • Ya xing bu : Déplacement du canard
  • Tuo bu : Déplacement en raclant le pied arrière au sol
  • Hu xing bu : Pas du tigre

 

 

Les techniques de jambes                                                NANQUAN TUIFA

-Elles sont au nombre de 30

1er groupe : Coup de pied direct :(Zheng tui xing tuifa)

  • Dan bai jiao : de face claqué
  • Hou deng tui : Coup de pied direct en talon arrière
  • Hou tan tui : Coup de pied arrière fouetté en pointe de pied
  • Hou wei tui : Coup de pied arrière direct en ouvrant la hanche
  • Qian deng tui : Coup de pied direct avant en talon
  • Qian ti tui : Coup de pied direct en pointe
  • Xié bai jiao : Coup de pied direct avec impact sur la main opposée

 

2e groupe : Coup de pieds latéraux (Ce tui xing tuifa )

  • Ce chai : Coup de pied écrasant vers le sol en direction de la cheville ou du genou
  • Ce chuai tui : Coup de pied latéral
  • Ce ti tui : Coup de pied en talon costal
  • Ce xia chuaitui : Coup de pied latéral écrasant jambe arrière
  • Heng chai tui: Coup de pied latéral écrasant jambe avant
  • Heng xia chuai : Coup de pied écrasant orteils dirigés vers l’extérieur
  • Qian chan tui : Coup de pied de côté en tranchant

 

3e groupe : Coup de pied circulaires (Ce ding tui xing tuifa)

  • Ce ti tan : Coup de pied circulaire à la hauteur  de la cuisse
  • Gou Tui : Coup de pied en crochetant
  • Heng dingtui : Coup de pied circulaire
  • Zhi shen ban qiansao : Coup de pied circulaire au ras du sol sur 180°

 

4e  groupe : Coup de pied arrières (Hou deng tui xing tuifa)

  • Hou bai tui : Coup de pied arrière en talon en ligne médiane en crochetant (genou dirigé vers l’extérieur
  • Hou deng tui: Coup de pied arrière en talon (genou dirigé vers le sol)

 

5e groupe : Coup de pied retournés (Xuan  tui xing tuifa)

  • Hou bai lien tui : Coup de pied du lotus
  • Xuan Tui : Coup de pied retourné circulaire

 

6e groupe : Coup de pied croissants (Bai tui xing tuifa)

  • Hou gua tui : Coup de pied arrière intérieur jambe pliée
  • Liao titui : Coup de pied  circulaire croissant intérieur jambe pliée
  • Pien ma tui : Coup de pied  croissant intérieur niveau haut
  • Xia pan tui : Coup de pied  croissant extérieur en ligne basse

 

7e groupe : Coup de pied en revers (Liao tui xing tuifa)

  • Dao ti tui : Jeté de jambe vers l’arrière et vers le haut en pointe
  • Hou liao tui : Coup de pied en revers
  • Hou tiao tui : Coup de pied arrière avec le plat du pied (variante)
  • Hou xia liao tui : Coup de pied arrière bas en crochetant avec le talon vers le ciel

 

Les techniques de balayages :                          NANQUAN SAO TUI

  • Fudi ban qian sao : Balayage avant à 180° avec les mains au sol
  • Heng sao : Balayage corps au sol en ciseau
  • Hou ban sao tui : 1/2 balayage arrière sur 180
  • Jian sao : Balayage circulaire avant, le corps plaqué au sol
  • Lien huan sao : Double balayage avant enchaîné par le balayage arrière

 

Les techniques de genoux :                                   NANQUAN XIFA

-Elles sont au nombre de 6

  • Ding xi : Coup de genou vers le haut
  • Fei xi : Coup de genou sauté
  • Gua xi : Coup de genou circulaire intérieur
  • Gui xi : Coup de genou au sol sur l’adversaire
  • Heng zhuan xi : Coup de genou circulaire
  • Zhuang xi : Coup de genou avant

 

 

Les techniques de sauts :                                 NANQUAN  TIAO YAO FA

-Elles sont au nombre de 7

  • Teng kong fei jiao : coup de pied direct sauté en claquant sur le pied (Même technique qu’en ChangQuan)
  • Teng kong gua mian jiao : coup de pied croissant sauté intérieur
  • Teng kong jian tan : coup de pied  en ciseau direct
  • Teng kong shuang ce chuai : double coup de pied sauté latéral, Réception au sol
  • Tiao yue shuang hu wei tui : coup de pied  sauté arrière des 2 jambes
  • Xuan feng jiao : Le vent qui tourbillonne
  • Yao bu qian chuan : Saut enjambé (Même technique qu’en ChangQuan)

 

 

Plusieurs niveaux sont recensés :

 DEBUTANT : CHU JI

AVANCE : ZHONGJI

CONFIRME : GAOJI

  

 

  

 

Et enfin le combat qui est la Quintessence du wushu

LE SANDA /SANSHOU (Combat libre),QINDA( combat léger)

Le Sanda est une mise en pratique de l’ensemble des techniques de défense et d’attaque du Wushu ,on dit que c’est la « quintessence »du Wushu .C’est durant la dynastie des Tang (618-907),que les premiers concours  de sélection des meilleurs combattants furent organisés .Ils consistaient en de rudes  combats sur une plate forme (Lei tai),élevée de plus de trois mètres ,où les protagonistes déployaient toute l’étendue de leur connaissances martiales. La règle était de rester debout et sur la plateforme et toute projection et évictions effective de l’estrade donnait la victoire définitive. Depuis 1970, la Chine encourage la pratique du Sanda et tente de la faire sortir de ses frontières. A partir de 1982, de nombreux tournois ont vu le jour dans plusieurs grandes villes Chinoises. C’est en 1990, que la notoriété du Sanda devint internationale avec la promotion de cette discipline aux XIe jeux Asiatiques. Dans la foulée, la création de L’IWUF fut créée et chargée de diriger la diffusion de ce nouveau sport.

En Chine et maintenant sur le plan international, le Sanshou, appelé Sanda, s’est imposé comme, le seul affrontement de compétition à mains nues. C’est un véritable art martial, car il est la synthèse de techniques d’attaque et de défense qui proviennent d’un grand nombre de styles de Wushu utilisés avec une stratégie spécifique de combat externe (Waijia).L’art du Sanda consiste non seulement en la maîtrise des techniques de base et en la préparation physique mais également en l’utilisation combinée des techniques de poing (Quan),de jambes (Tui),des saisies(Na)et projections (Shuai) dans une forme de combat stratégique sophistiqué.

Le QINDA (Light Contact), s’adresse à une majorité d’athlètes non professionnels qui ne

Peuvent assumer les risques inhérents au plein contact (Sanda).

Ce système de combat comporte 5 groupes par catégorie d’âges.

Groupe 1 – de 13 ans (11-12 ans)

Groupe 2 – de 15 ans (13-14 ans)

Groupe 3 – de17 ans (15-16 ans)

Groupe 4 – de18 ans (17 ans)

Groupe 5 plus de 18 ans 

La durée des combats sera déterminée par les organisateurs (commissions d’arbitrage), en fonction du nombre total de combattants, et par catégories d’âges et de poids.

Pour le groupe 1 (11-12 ans), le combat se déroulera en 1 Round de 2mn.

Pour le groupe 2 (13-14 ans), le combat se déroulera en 2 Round de 2mn.

Pour les groupes 3,4 et 5 le combat se déroulera en 2 Round de 2mn et un 3e Round en cas d’égalité (chaque combattant remporte un Round). 

 

1) L’aire de combat devra former un carré de 8m de côté, soit 64m2, avec un périmètre de sécurité de 2m de large.

2) Deux lignes parallèles d’1m de long, espacées d’1m50 situées au centre de l’aire de combat, indiqueront l’emplacement des combattants.

 

A) moins de 18 ans

Les compétiteurs pesant moins

de 48Kg seront répartis dans

des catégories défi nies selon des

écarts de 3Kg maximum.

Exemple : 45,1Kg – 48Kg

42,1Kg – 45Kg

Au-delà de 48Kg les catégories adultes s’appliquent (voir B)

B) plus de 18 ans

Moins de 52Kg

Moins de 56Kg

Moins de 60Kg

Moins de 65Kg

Moins de 70Kg

Moins de 75Kg

Moins de 80Kg

Moins de 85Kg

Moins de 90Kg

plus de 90Kg 

 

1) Tous les athlètes doivent fournir un certificat médical de la saison en cours.

2) Les compétiteurs de Qinda doivent s’inscrirent dans leurs catégories d’âge et de poids respectifs.

Cependant des sur classements à titre exceptionnel pourront être envisagés après décision de la commission d’arbitrage et en accord avec les participants et les entraîneurs concernés.

3) Des personnes qualifiées et habilitées (médecins et Croix-Rouge) devront être présentes durant toute la compétition pour prodiguer les premiers soins et déterminer, suite à des blessures involontaires ou pas, la poursuite de la compétition pour les combattants blessés.

 

Toutes techniques de Wushu qui ne sont pas interdites par le règlement, peuvent être utilisées, pour attaquer les zones de contact autorisées : coups de pieds, frappes avec les poings, balayages et projections sont autorisés, dans les limites définies par le règlement en fonction de l’âge des participants.

 

1) Pour tous les compétiteurs

La tête, sauf la face (nez, bouche et les yeux) et l’arrière du crâne.

Le buste (poitrine et flancs).

2) De 15 à 18ans

Frappe à l’extérieur de la cuisse, au-dessus du genou.

3) Plus de 18ans

Toute la surface de la cuisse (intérieur, extérieur et face). 

 

Toutes techniques de défense qui ne sont pas interdites par le règlement, peuvent être utilisées pour se défendre. 

 

Les techniques ci-dessous sont strictement interdites :

1) Frappes au visage avec les poings, même simulées

2) Attaques sur les articulations

3) Coups de tête (tête en avant), frappes aux coudes et aux genoux

4) Projections dangereuses : celles qui peuvent entraîner de sérieuses blessures

Exemple : par le cou, la taille et les épaules

5) Frapper après le temps réglementaire.

6) Attraper ou saisir plus de 3 secondes

7) Frapper une fois à terre

8) Clés aux articulations

9) Saisir son adversaire avec les mains et tenter de frapper avec des techniques de poings ou de pieds.

10) Mordre, griffer, attraper les cheveux, cracher

11) Frappes répétitives sur n’importe quel partie du corps (exemple : deux coups de pieds dans les jambes, deux coups

de pieds au visage)

La puissance des frappes doit être environ de 10% du potentiel du combattant pour toutes catégories.

Plus serait pris comme excessif et pourrait mener à des pénalités (avertissement, admonition, recommandations de l’arbitre.

 

 

 

Règlement Sanda :

1. Catégories d’âges

Adolescents (15 ans <18 ans)

Adultes (18 ans <35 ans)

2. Catégories de poids

(Communes : adolescents et adultes, masculin et féminine)

Catégorie des 48kg (48 kg)

Catégorie des 52kg (>48kg – 52 kg)

Catégorie des 56kg (>52kg –56 kg)

Catégorie des 60kg (>56kg –60 kg)

Catégorie des 65kg (>60kg –65 kg)

Catégorie des 70kg (>65kg –70 kg)

Catégorie des 75kg (>70kg –75 kg)

Catégorie des 80kg (>75kg –80 kg)

Catégorie des 85kg (>80kg –85 kg)

Catégorie des 90kg (>85kg –90 kg)

Catégorie des plus de 90kg (>90kg)

1. Les compétiteurs doivent se mettre pieds nus, porter un short et un T-shirt de la même couleur que leurs plastrons.

2. Les compétiteurs doivent porter les protections suivantes :

un casque (rouge ou bleu),

une coquille,

un protège dents,

un plastron (bleu ou rouge),

les gants (bleus ou rouges),

bandage léger ou mitaine sous les gants

3. Poids des gants :

Catégorie 65kg et précédentes = 230 gr  8 onces,

Catégorie 70kg et suivantes = 280 gr  10 onces.

1. Durant un combat, celui qui remporte deux rounds remporte le combat.

2. En cas d’égalité à l’issue d’un round, le vainqueur du round est désigné selon les critères suivants, examinés successivement :

le compétiteur s’étant vu attribuer le moins de pénalités,

le compétiteur s’étant vu attribuer le moins de mises en garde,

le compétiteur le plus léger lors de la pesée.

Si l’égalité persiste, les 2 compétiteurs seront déclarés ex-aequo.

3. En cas de compétition par élimination directe, si les deux compétiteurs sont à égalité au nombre de rounds remportés et de points attribués, il faut examiner successivement les critères suivants :

le compétiteur s’étant vu attribuer le moins d’avertissements,

le compétiteur s’étant vu attribuer le moins de mises en garde,

le compétiteur le plus léger.

Si l’égalité persiste, un autre round sera organisé afin de départager les compétiteurs sans pour autant excéder le nombre de 3.

4. En cas de compétition par poules de 3 (Round Robin), chaque compétiteur effectuera un combat en deux rounds, contre chacun des deux autres compétiteurs. Chaque round remporté équivaut à un point. A l’issue des trois combats le total des points obtenus permettra de définir le classement, les règles usuelles seront appliquées en cas d’égalités. L’organisation devra aménager un délai d’environ 30 minutes entre chacun des 3 combats.

1. Le compétiteur s’étant vu chuter de la plateforme à 2 reprises perd le round.

2. Au cours d’un round, si l’un des compétiteurs est compté deux fois sur des actions autorisées, son adversaire remporte le round.

3. Au cours d’un combat, si l’un des compétiteurs est compté trois fois sur des actions autorisées, son adversaire remporte le combat.

4. Le compétiteur qui perdra 6 points sera disqualifié. Ex : 2 warning (4 points) + 2 admonitions (2 points)= disqualification.

5. L’arbitre central, en accord avec le chef de table, peut déclarer un des compétiteurs vainqueur, avant la fin du temps règlementaire, s’il existe une trop grande disparité de niveaux entre les deux combattants.

 

Zones de contact

Les zones de contact autorisées sont :

La tête,

Le tronc du corps,

Les jambes.

Sont toutefois interdits les coups (de pied ou de poing) :

Derrière la tête,

Au cou,

Aux articulations,

À la colonne vertébrale.

Gains de points

Deux points

 

1. Si l’un des compétiteurs sort ou tombe de la plateforme « Xia Tai » (下台).

2. Lorsqu’un compétiteur tombe au sol (y compris lorsqu’il perd l’équilibre en tentant une attaque de pied ou de poing).

3. Tout coup de pied touchant le tronc (buste et flancs) ou la tête de l’adversaire.

4. Toute technique mettant l’adversaire au sol, y compris une chute volontaire en se relevant immédiatement.

5. Lorsque son adversaire reçoit un avertissement (warning), notée à la table par l’enregistreur.

6. Un compétiteur est compté sur une action valide.

Un point

1. Coup de poing ou de paume touchant au visage et du tronc.

2. Coup de pied touchant la cuisse (y compris les fessiers) de l’adversaire. (Les attaques aux tibias et aux mollets sont autorisées mais ne rapportent pas de point)

3. Si les deux compétiteurs tombent au sol lors d’une lutte, le compétiteur restant sur son adversaire gagne 1 point (projection partiellement réussie).

4. Mettre son adversaire au sol en chutant volontairement, sans pouvoir se relever immédiatement.

5. En cas de chute volontaire, si le compétiteur ne se relève pas après 3 secondes, il est attribué 1 point à son adversaire toujours debout.

6. Lorsqu’un compétiteur reste passif pendant 8 secondes : l’arbitre central lui demande de passer à l’attaque. Si le compétiteur est encore passif pendant 8 secondes, il est attribué 1 point à son adversaire.

7. Chaque mise en garde (admonition) donne 1 point à l’adversaire, notée à la table.

Ne donnent pas lieu à l’attribution de point

I. Les attaques qui ne sont pas techniquement claires, les touches qui ne sont pas évidentes.

II. Les chutes ou les sorties simultanées de l’aire de compétition.

III. La chute volontaire pour attaquer l’adversaire.

IV. Frapper son adversaire lors d’une saisie.

V. Les deux compétiteurs se saisissent et luttent plus de 2 secondes.

VI. Le contact au genou lorsque celui-ci a été levé dans un mouvement de défense.

Fautes et pénalités

Les fautes techniques

 

1. Saisie passive de l’adversaire.

2. Demande, de la part d’un compétiteur, de l’arrêt du combat lorsqu’il se trouve en situation défavorable.

3. Retarder délibérément le combat

4. Comportement anti-sportif et/ou non respect des consignes de l’arbitre.

5. Insultes, cris ou mouvements parasites intimidant ou perturbant l’adversaire.

6. Oubli ou retrait intentionnel des protections (notamment du protège dents).

Les fautes personnelles (actions illicites)

1. Attaquer son adversaire avant « Kai Shi » (开始; START) ou/et après « Ting » (停; STOP).

2. Mouvements déloyaux.

Attaque contre l’arrière de la tête, le cou et les parties génitales.

Attaque au moyen de la tête, du coude, du genou ou de techniques de luxations.

Techniques forçant l’adversaire à baisser la tête, l’écrasant et le pressant volontairement au sol.

3. Attaque au sol contre un adversaire (en cas de chute volontaire de celui-ci, seul le corps peut-être atteint).

Les pénalités

1. À chaque faute technique, l’arbitre central donne une mise en garde (admonition).

2. À chaque faute personnelle, l’arbitre central donne un avertissement (warning).

3. Le compétiteur, blessant volontairement son adversaire, sera disqualifié de la compétition et son résultat sera annulé.

4. Tout compétiteur commettant des tricheries sera disqualifié de la compétition et son résultat sera annulé.

 

Arrêt du combat

L’arbitre central arrête le combat lorsque :

1. Un ou les deux compétiteurs tombe(nt) au sol ou de la plate-forme (« Xia Tai » (下台)).

2. Un compétiteur est blessé.

3. Les compétiteurs se saisissent pendant plus de 2 secondes.

4. En cas de passivité, un compétiteur désigné à l’attaque ne réagit pas pendant plus de 8 secondes.

5. Le chef de table résout un problème.

6. Le combat ne peut pas se dérouler dans de parfaites conditions notamment de sécurité (éclairage, surface de compétition…).

ORGANISATION GENERALE DES TECHNIQUES

Positions de combat (Zhanfa)

  • Chu ji  Zhanfa   Elémentaire
  • Gaoji Zhanfa   Supérieure

 

Déplacements de combat

  • Hua  bufa Direct
  • San ce Bufa Circulaire
  • Xié bufa En diagonale

Techniques offensives

  • Jiaofa   Pieds
  • Qiaofa  Bras
  • Quanfa Poing
  • Shuaifa Lutte
  • Suanfa Projection
  • Tuifa  Jambe
  • Xifa Genou
  • Zhoufa Coude

Techniques défensives

  • Gefa  Blocage
  • Huafa Neutralisation
  • Nafa   Technique d’arrêt
  • Qin nafa   Saisie de la jambe, des bras ou du buste (neutralisation)
  • Shanfa  Esquive
  • Shuaifa  Chute d’accompagnement
  • Tiao Yaofa  Saut d’évitement

LES  TECHNIQUES DES MEMBRES SUPERIEURS

Les sept armes naturelles du Sanda (Sanda Shouxing)

 

  • Jian   Epaules  Variantes :

-Qian pi   Avant  bras

-Qiao  Bras

  • Jiao  Pieds       Variantes :

-Jian waice  Tranchant externe

-Jiao bei  Dessus du pied

-Jiao gen  Talon

-Jiao jian Orteils

-Jiao lice  Tranchant intérieur

-Jiao qian zhang  Bol du pied

  • Quan   Poing   Variantes :

-Quan bei Dos du poing

-Quan mien Face du poing

-Quan xin Cœur du poing

-Quan yien  Œil du poing

  • Tou  Tête      Variantes :

-Tou bei  Arrière de la tête

– Tou mian Face de la tête (front)

-Tou wei Côté de la tête

  • Xi Genou   Variante:

-Xiao tui jiao Tibia

  • Yao  Hanches
  • Zhou  Coude  Variantes :

Dian Zhou Pointe du coude

Zhou wei ce Intérieur du coude

Les six techniques de poing (Sanda Quanfa)

  • Bianquan  Coup de poing retourné
  • Chaoquan  Uppercut Variantes :

-You chaoquan Uppercut du droit

-Zuo Chaoquan Uppercut du gauche

  • Zhong quan Direct du poing  Variantes :

– You Zhongquan Direct du droit

– Zuo Zhongquan Direct du gauche

  • Guaiquan Swing Variantes :

– You Guaiquan Swing du droit

– Zuo Guaiquan Swing du gauche

  • Guaquan Revers du poing Variantes :

– You Guaquan Revers du poing du droit

– Zuo Guaquan Revers du poing du gauche

  • Hengquan  Crochet Variantes :

– You Hengquan  Crochet du droit

– Zuo Hengquan  Crochet du gauche

POSITIONS ET DEPLACEMENTS (BUXING,BUFA)

LES TECHNIQUES DE GARDE

  • Dingjia Technique de garde où les deux combattants sont dans une posture contraire
  • Shunjia Technique de garde où les deux combattants ont la même jambe en avant
  • Zhanjia  Technique de garde simple

 

LES DOUZE POSITIONS DE BASE (SANDA BUXING)

  • Ban mabu Pas du demi cavalier
  • Bing ba bu Poids 40% devant et 60%  derrière
  • Cha bu pas croisé derrière
  • Danjiébu Pas du simple papillon
  • Dulibu Pas suspendu
  • Gai bu Pas croisé devant
  • Gong bu Pas de l’arc et de la flèche
  • Guibu Pas accroupi
  • Mabu Pas du cheval ou du cavalier
  • Pu bu Pas rasant
  • Qilongbu Pas du dragon
  • Xu bu Pas vide

LES QUATORZE DEPLACEMENTS FONDAMENTAUX (SANDA BUFA)

 

  • Cha bu Déplacement en croisant derrière 
  • Duan shuang bu Changement de direction avant/arrière
  • Gaibu Déplacement en croisant devant
  • Heng hua bu Déplacement costal
  • Hou  hua bu Déplacement vers l’arrière
  • Hou jian bu Pas chassé arrière
  • Hua bu Déplacement vers l’avant
  • Ji bu Déplacement en sursaut
  • Pien hua bu Avancer en changeant de jambe
  • Qian da bu Déplacement en trépignant
  • Qian jian bu Pas chassé avant
  • San ce bu Déplacement en rotation
  • Xié jian bu Déplacement en diagonale
  • Zong bu Déplacement en sautillement

 

 

LES DIX TECHNIQUES FONDAMENTALES DE JAMBES ET LEUR VARIANTES (SANDA TUIFA)

  • Ce chai tui Coup de pied latéral Variantes :

-Hou shang ce chuai tui Coup de pied latéral jambe arrière (niveau haut)

       -Hou xia ce chuai tui Coup de pied latéral jambe arrière (niveau bas)

      -Hou zhong ce chuai tui Coup de pied latéral jambe arrière (niveau moyen)

      -Qian ce zhong  chuai tui Coup de pied latéral jambe avant (niveau moyen)

      -Qian shang ce chuai tui Coup de pied latéral jambe avant (niveau haut)

     -Qian xia ce chuai tui Coup de pied latéral jambe avant (niveau bas)

  • Ce ding tui Coup  pied circulaire Variantes :

–          Hou shang ce ding tui Coup  pied circulaire  jambe arrière (niveau haut)

–          Hou xia ce ding tui Coup  pied circulaire  jambe arrière (niveau bas)

–          Hou zhong ce ding tui Coup  pied circulaire  jambe arrière (niveau moyen)

–          Qian shang ce ding tui Coup  pied circulaire  jambe avant (niveau haut)

–          Qian zhong ce ding tui Coup  pied circulaire  jambe avant (niveau moyen)

  • Deng tui Coup de pied direct du talon Variantes : 

-Hou Deng tui  jambe arrière

-Qian Deng tui  jambe avant

  • Fan tantui Coup de pied fouetté externe en ligne basse 
  • Hou bai lian tui Coup de pied retourné Variantes :

-Hou shang bai lian tui Coup de pied retourné (niveau haut)

– Hou xia bai lian tui Coup de pied retourné (niveau bas)

– Hou zhong bai lian tui Coup de pied retourné (niveau moyen)

  • Hou deng tui Coup de pied arrière Variantes :

-Hou shang deng tui Coup de pied arrière (niveau haut)

– Hou xia deng tui Coup de pied arrière (niveau bas)

– Hou zhong deng tui Coup de pied arrière (niveau moyen)

  • Hou liao tui/wai gua tui  Coup de pied en revers Variantes :

-Hou shang wai gua tui  Coup de pied en revers de la jambe arrière (niveau haut)

– Hou xia wai gua tui  Coup de pied en revers de la jambe arrière (niveau bas)

-Hou zhong wai gua tui  Coup de pied en revers de la jambe arrière (niveau moyen)

      – Qian shang wai gua tui  Coup de pied en revers de la jambe avant (niveau haut)

Qian xia wai gua tui  Coup de pied en revers de la jambe avant (niveau bas)

Qian zhong wai gua tui  Coup de pied en revers de la jambe avant (niveau moyen)

  • Li he tui Coup de pied croissant intérieur Variantes :

-You li he tui Coup de pied croissant intérieur à droite

-Zuo li he tui Coup de pied croissant intérieur à gauche

  • Tan tui Coup de pied direct en pointe Variantes :

-Hou tan tui Jambe arrière

-Qian tan tui Jambe avant

  • Wai bai tui Coup de pied croissant extérieur Variantes :

-You Wai bai tui Coup de pied croissant extérieur à droite

-Zuo Wai bai tui Coup de pied croissant extérieur à gauche

LES DOUZE TECHNIQUES FONDAMENTALES DE SAUTS (TEN KONG SANDA)

  • Ten kong ce chuai tui Coup de pied sauté latéral
  • Ten kong ce ding tui Coup de pied sauté circulaire
  • Ten kong deng tui Coup de pied sauté en talon
  • Ten kong hou bai lian tui Coup de pied sauté retourné
  • Ten kong hou deng tui Coup de pied sauté arrière
  • Ten kong li he tui  Coup de pied sauté croissant interne
  • Ten kong shuang deng tui Double coup de pied sauté direct
  • Ten kong shuang ce chuai tui Double coup de pied sauté latéral
  • Ten kong tanti Coup de pied sauté direct en pointe
  • Ten kong wai bai tui Coup de pied sauté croissant extérieur
  • Ten kong wai gua tui Coup de pied sauté en revers
  • Ten kong zheng ti tui Coup de pied sauté frontal en talon

 

 

LES SIX TECHNIQUES DE GENOUX (SANDA XIFA)

  • Ding xi  Coup de genou vers le haut
  • Fei xi  Coup de genou sauté
  • Gua xi Coup de genou circulaire intérieur
  • Gui xi  Coup de genou au sol sur l’adversaire
  • Heng zhuan xi Coup de genou circulaire
  • Zhuang xi  Coup de genou avant

        

        LES SIX TECHNIQUES DE CHUTE (SANDA DAODIFA)

Les techniques de chute sont nombreuses et se repartissent en quatre familles qui sont :

Gunfan Les roulades

Paidi Les chutes amorties

Yuyue Les chutes en saut

Zhicheng Les chutes en réception

  • Bei tui dié Tombé au sol plaqué arrière à plat dos
  • Hou gun di dao Roulade arrière
  • Pan tui dié Tombé au sol plaqué arrière latéral
  • Qian bei Roulade avant
  • Qian ce gun dao Roulade latérale
  • Qian zheng di dao Chute avant tombé pompe

LES QUINZE TECHNIQUES DE SAISIES FONDAMENTALES (SANDA NAFA)

  • Bié zhou Clef de bras inversé
  • Chan wan Contre clef du poignet
  • Gua  gou na zhou Faire une clef de coude en passant le bras adverse dans le dos
  • Jue wan Saisie avec clef du poignet en rotation interne
  • Ka hou Saisie à la gorge
  • Kua bie Clef de coude
  • Ning bo Torsion des cervicales
  • Ning Wan Saisie du poignet en torsion
  • Qiao ya Clef de bras
  • Qié wan Sur saisie de la poitrine, contre saisie à deux mains et rotation interne
  • Suo hou Etranglement arrière
  • Tuo  zhou Pression et torsion du coude vers le haut
  • Xié jue wan Double clef  du poignet en pression
  • Ya jian Clef d’épaule
  • Ya Zhou Pression et torsion du coude vers le bas

 

LES CINQ TECHNIQUES FONDAMENTALES DE CROCHETAGE (SANDA GOUTUIFA)

  • Feidaizi Technique de crochetage dite « volante »
  • Gai cuo Crochetage et tirage simultané du poignet adverse en bloquant du pied la jambe avant en opposition
  • Gou gua tui Crochetage du pied avant adverse
  • Lao tui Crochetage de la main au niveau du talon à l’intérieur du pied et lever
  • Laotui moboti Fauchage de la jambe d’appui en ayant ramassé la première

 

LES VINGT ET UNE TECHNIQUES DE PROJECTION FONDAMENTALES (SANDA SHUAIFA)

 

  • Bao dantui shuai Saisie des deux jambes
  • Bao yao shuai Projection avant avec saisie de la taille
  • Bie tui shuai Saisie de la jambe adverse à l’intérieur
  • Ce bao shuang tui shuai Saisie des deux jambes de côté
  • Da de Projection en engageant la jambe avant entre celles de l’adversaire et en ramassant la jambe avant avec le bras
  • Daobi li dao gou Avancer  en crochetant à l’intérieur la jambe adverse tout en poussant avec la poitrine pour faire levier
  • Guan shuai Engager la jambe derrière l’adversaire en faisant barrage au niveau inférieur et rotation du corps
  • Hou bao shuang tui shuai Saisie des deux jambes en arrière
  • Jia jing shuai Projection latérale avec saisie du cou
  • Kao shuai Enfiler le bras entre les jambes de l’adversaire et renverser
  • Lan tui Projection en faisant barrage avec la jambe avant
  • La tuo shuai Lever la jambe adverse pour renverser
  • Lou tui Saisie d’une jambe au sol
  • Mo mian zi Tirage de la main adverse et prise de contact au niveau du front tout en crochetant la jambe d’appui
  • Qian bao shuang tui shuai Saisie des deux jambes de face
  • Shou bie zi Effectuer un pas croisé en crochetant les jambes adverses en maintenant le genou de la main
  • Shou hu zi Renversement sur une tentative de saisie des deux jambes
  • Tang shuai Crochetage intérieur, blocage simultané du genou et poussée de l’épaule vers l’avant
  • Ti qié  Projection latérale
  • Xia ce chuai Coup de pied latéral sur la jambe d’appui adverse
  • Zhuan ya Saisie de jambe et pression avec l’avant bras sur le genou

LES CINQ TECHNIQUES BASIQUES DE DEFENSE (SANDA FANG SHOU)

 

  • Ge dang Blocage de l’avant bras vers l’extérieur
  • Lou shou Dégagement extérieur de la paume
  • Qié dang Blocage de l’avant bras vers le bas
  • Shang jia Blocage de l’avant bras vers le haut
  • Tui pai Dégagement latéral de la paume vers l’intérieur

 

LES SIX TECHNIQUES D’ESQUIVES ET LEUR VARIANTES (SANDA SHANFA)

 

  • Ce shan Esquive sur le côté   Variantes :

Li ce shan Esquive à l’intérieur de la technique adverse

Wai ce shan shan Esquive à l’extérieur de la technique adverse

  • Che shan Retirer la jambe      Variantes :

You che shan Retirer la jambe à droite

Zuo  che shan Retirer la jambe à gauche

  • Di shan Esquive rotative
  • Hou shan Esquive vers l’arrière
  • Tui shan Esquive de la jambe   Variantes :

-You Tui shan Esquive de la jambe à droite

-Zuo Tui shan Esquive de la jambe à gauche

  • Xié qian shan Esquive vers l’avant en diagonale   Variantes :

-Li Xié qian shan Esquive à l’intérieur de la technique adverse

-Wai Xié qian shan Esquive à l’extérieur de la technique adverse